Bandeau site Politproductions

Souvenez-vous (JMG Le Clézio)


« Souvenez-vous, c’était l’été de 1940, c’était hier. Les braves gens marchaient dans les rues de Nice, en scandant des mots de haine contre les Juifs, contre les étrangers. Le journal le Petit Niçois lançait ses mots d’ordre pour les manifestations, sus aux parasites, chassons les métèques de notre ville, ce sont eux qui causent tous les maux dont nous souffrons, ce sont eux qui nous volent et nous assassinent, ce sont eux qui corrompent notre jeunesse. D’autres journaux reprenaient en chœur les mêmes slogans de haine, d’intolérance, les mêmes appels à la violence : le Progrès Provençal, l’Éclaireur, l’Alerte dénonçaient la conspiration, le Juif Jonas, les fauteurs de guerre, ils cherchaient le même bouc émissaire aux échecs économiques et à la crise morale qui parcouraient l’Europe, ils préparaient les mêmes rafles et les mêmes crimes, ils célébraient la même haine, et la guerre grondait aux portes.

Souvenez-vous, c’était hier, c’était l’hiver 1943, le préfet Ribière donnait son ordre d’expulsion des Juifs, la Wehrmacht s’installait à Nice, l’hôtel Excelsior près de la gare était le centre des déportations, l’Hermitage de Cimiez abritait dans ses caves les salles de torture de la Gestapo. À Nice transitaient les wagons sans fenêtres qui emportaient leur cargaison humaine depuis le camp de Borgo san Dalmazzo vers Drancy, et vers la mort, à Auschwitz.

Souvenez-vous, c’était hier, c’était en 1957, en 1958, pendant la guerre d’Algérie, il y avait les ratonnades dans la vieille ville, sur l’esplanade, sur la place Garibaldi. Souvenez-vous, l’abandon des harkis dans les camps, à Tourettes, dans la vallée du Var, dans la vallée de la Roya.

Souvenez-vous, c’était hier, le mot d’ordre d’expulsion des immigrés, les ghettos de l’Ariane, les terrains vagues loués aux bidonvilles, à l’aéroport, à la Digue des Français. Les foyers pour les parias, dans la poussière des carrières de sable, sur la rive gauche du Var, ou dans les fumées de l’incinérateur d’ordures.

Souvenez-vous, c’était hier, les journaux parlaient de l’insécurité, de l’invasion des étrangers, et c’étaient les mêmes mots qu’avant-hier, sus aux bronzés, chassons les Arabes de notre rivage, ce sont eux qui causent tous les maux dont nous souffrons, par leur religion, leurs habitudes, leur couleur de peau, leur odeur.

Souvenez-vous, c’était hier, il y a quatre ans à peine, ce maçon marocain qui rentrait chez lui, un soir d’été, et qu’une bande de voyous avait tué à coups de bâton, sur le bord du Paillon, non loin du palais d’Acropolis où il avait travaillé. Pour rien, pour le plaisir de la haine.

Souvenez-vous, de tout cela, pour que nos enfants n’aient pas les mêmes terribles souvenirs. »

J.M.G. LE CLÉZIO
(Texte cité sans autre source que le nom de l’auteur. Si vous connaissez son origine, merci de nous en informer. admin@politproductions.com)

Image : Bandeau du site de Jean KLEINMANN, auteur d'une thèse sur La Vie des Juifs à Nice dans la deuxième guerre Mondiale et leur déportation, lisible en ligne sur le site de Jean Kleinmann.

Commentaires

Благодарю!

Спасибо Вам за то что вы есть

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.