Bandeau site Politproductions

Les liens du Front national avec les groupuscules d'extrême droite: sous le bleu marine, la peste brune

Capture d'écran de la vidéo

Aucun rapport entre le Front national et les groupuscules d'extrême droite, ont affirmé tour à tour Marine et Jean-Marie Le Pen après l'agression mortelle commise le 5 juin par des skinheads contre Clément Méric.

Cette vidéo de Politproductions montre qu'il s'agit là d'un déni. On pourra se reporter également à cet article publié sur Politproductions.com : Le jeu des différences entre le FN et le NSDAP

Commentaires

Portrait de Surfer

Toujours les mêmes extrémistes autour des meetings des Le Pen

Oui, le FN est d'extrême-droite.

 
Oui, le FN est d'extrême-droite. Le FN est d’abord d’extrême-droite car, contrairement à ce que le fn prétend  souvent, ses idées sont celles d’une droite radicalisée, extrémisée. La droite libérale devient l’extrême-droite poujadiste, la tendance anti-impôts qui a par exemple proposé d’abolir la CSG. La droite gaulliste devient l’extrême-droite souverainiste, la tendance anti-Europe, qui a par exemple proposé de sortir de l’euro. La droite moraliste devient l’extrême-droite traditionaliste, la tendance réactionnaire, qui a par exemple proposé l’abolition par référendum du droit à l’IVG. La droite sécuritaire devient l’extrême-droite raciste, le fn propose un communautarisme chrétien et blanc sous couvert de combattre les communautarismes, et ce, à la fois au nom de "racines chrétiennes" très sélectives et d’une "laïcité" en réalité islamophobe jusqu’à l’obsession. Le FN n’est donc pas républicain parce qu’il désigne en bloc à la vindicte des boucs émissaires essentialisés : pêle-mêle, la classe politique des "tous pourris", le régime parlementaire à remplacer par un chef à poigne, les francs-maçons, et les "arabo-musulmans". En d’autres termes, dans l’héritage politique pétainiste, le fn a simplement  les Juifs et les  les Arabes comme ennemis  intérieurs allochtones responsables de tous les maux, de l’insécurité au terrorisme en passant par le trou de la Sécu. Le fn copie le MSI  d'extrême droite d'Italie fasciste et d'extrême droite. ce n’est pas à la société de dédiaboliser le FN : c’est au FN,  de se républicaniser. Mission impossible compte tenu de son idéologie malsaine.

Les groupuscules d'extrême-droite et le Front national

Les choix de France Info du Vendredi 19 Avril 2013 à 09:35

«Le GUD, les Jeunesses nationalistes, le Renouveau français... Ces groupuscules d'extrême-droite sortent du bois à l'occasion des manifestations contre le mariage gay. Qui sont-ils ? Quelle est leur relation avec le Front national ? Comment Marine Le Pen gère-t-elle ce dossier ?

Ces groupuscules radicaux ne se reconnaissent pas dans l'idéologie actuelle et qui ne veulent pas jouer le jeu de l'extrême droite parlementaire, explique Nicolas Lebourg, historien, spécialiste des droites extrêmes. "Ils privilégient l'action directe, les actions coup de poing, et certains sont très actifs sur Internet."

L'objectif des ces groupuscules est d'essayer de se faire connaître encore plus et par conséquent de recruter de nouveaux membres. Ils veulent aussi marquer des points contre le libéralisme culturel de la gauche. "On a aujourd'hui dans ce mouvement des gens des droites parlementaires, des droites dites républicaines qui sont au continuum avec ces droites radicalisées et extrêmes droites. Et c'est quelque chose d'important qui se joue."

Pour Marine Le Pen le jeu est délicat. "Elle s'est imposée en déradicalisant le parti. Aujourd'hui, elle ne peut pas aller contre eux de manière frontale. On a bien vu que dans le parti, tous les barons étaient contre ce mariage gay, alors que Marine Le Pen a plutôt opté pour le retrait par rapport à ce dossier."

Nicolas Lebourg a publié Dans l'ombre des Le Pen : Une histoire des numéros 2 du FN, aux éditions Nouveau Monde. »

Ecouter ici  l'interview de Nicolas Lebourg par Mathilde Munos:

Accéder directement au site de France Info

Réaction d'antifa

Vendredi 19 avril 2013 à 21h15

«La mouvance radicale est en pleine croissance ! Même chez nous en Bretagne ! A coté du Renouveau Francais à Nantes, des indépendantistes nazis d'Adsav dans chaque département breton, des Jeunesses NAtionalistes à Vannes ou des Génération Identitaires de Rennes il y a un groupe très dangereux de 200 militants appelé Jeune Bretagne ! Ils disposent d'une "ferme biologique" dans le Finistère à Guerlesquin et organisent des entraînements commandos de self défense, etc. pour leurs militants ! Ce groupe a organisé une manif de plus de 100 facistes a Landivisiau, et a organisé une conférence avec plus de 200 personnes dont les nazis italiens de Casapound et grecs de l'Aube Dorée à Chartres de Bretagne près des usines PSA ! La Bretagne est envahie à son tour ! Alerta antifascista !!!»

Fachos : condamnation... et nouvelle agression

Publié le 23 juin

Maj le 21 juin

Ce jeudi, deux membres du GUD ont été condamnés pour des violences en réunion à caractère raciste. Le 17 juin, ils avaient agressé deux couples qui rentraient chez eux tranquillement à vélo. L’un a pris un an et l’autre six mois de prison ferme.
[---]
En pointe sur cette action, Christophe, un jeune homme de 24 ans, sans profession. Il bloque le Velo’v d’un des hommes portant les cheveux longs en lui demandant « t’es blanc ? T’es français ? » Il lui reproche d’être ami avec une « asiatique ». « En quoi ça te regarde ? », a-t-il eu pour réponse. Le militant du GUD insiste :

« Tu fréquentes une asiatique. Tu déshonores la France ».

S’en suit une série de coups portés contre lui et contre l’autre homme du groupe. Les coups sont principalement portés aux visages. Les coups de pied continuent même quand les deux amis tombent au sol et perdent connaissance. La personne considérée par le GUD comme « asiatique » a également été frappée mais moins lourdement :

« Ils m’ont menacée de me faire la même chose si je bougeais », a-t-elle témoigné, encore choquée.

Lors de la première audience, les deux hommes victimes portaient une minerve. L’un a perdu deux dents et l’autre a eu notamment une partie du visage fracturée.

Source & suite : rue89Lyon

la veille du procès, trois antifascistes étaient agressés à la Croix Rousse :

Vers 22h30, mercredi, trois « antifa » collaient des affiches appelant à une manifestation ce samedi en hommage à Clément Méric, mort sous les coups d’un militant d’extrême droite.

Ils étaient sur le plateau de la Croix-Rousse, autrement dit, « chez eux ». Tout s’est passé extrêmement rapidement. « En une ou deux minutes », nous disent les trois militants qui se décrivent comme « autonomes », c’est à dire n’appartenant à aucune organisation. Ils ont accepté de témoigner anonymement.

Un premier individu serait venu les provoquer, en leur arrachant les affiches. Un des trois militants expliquent qu’après avoir reçus des coups, ils se sont retrouvés au sol où ils ont encore reçu des coups. Un des agresseurs aurait dit : « Clément Méric a mérité de crever ».

Le surlendemain de leur agression, les trois militants antifascistes sont formels :

« Ils avaient le look casual (Adidas Samba et vêtements de marque Fred Perry et Lonsdale) et leur mode opératoire fait beaucoup penser aux hooligans d’extrême droite du virage sud du stade de Gerland ».

Bilan de l’agression : aucune blessure grave mais un nez et une côte cassés pour le plus âgé des « antifa », qui doit retourner faire des radios pour déterminer le nombre d’ITT. Pour le plus jeune (17 ans), de multiples hématomes et cinq jours d’ITT.

Source & suite : Rue89Lyon

 

Portrait de Anti-marionnettiste

Thierry Maillard se tape encore l'affiche

 

 
 

Un défilé du 1er mai sous haute tension à Reims

Publié le jeudi 02 mai 2013 à 09H17

Hier,  350 personnes ont défilé dans les rues de Reims  dans le plus grand calme...

Hier, 350 personnes ont défilé dans les rues de Reims dans le plus grand calme...

Hier,  350 personnes ont défilé dans les rues de Reims  dans le plus grand calme...

 … jusqu'à l'arrivée à la place Royale où de légers heurts ont éclaté entre militants syndicaux et quelques « patriotes » menés par Thierry Maillard (avec la casquette et la veste militaire). 

REIMS (Marne). La rencontre n'était pas prévue entre militants des syndicats et « patriotes ». Pourtant, la confrontation a bien eu lieu, place Royale.

LA tradition est gravée dans le marbre. Mais de tous les défilés du 1er-Mai qui se sont tenus dans la cité des sacres, rarement la tension avait été aussi palpable. Et pour cause, ce défilé a été émaillé durant près d'une demi-heure par des insultes et de légers incidents.

Pourtant à 10 heures, au moment où s'élançait le défilé devant la maison des syndicats, boulevard de la Paix, tout paraissait calme. Les drapeaux et les tracts étaient certes de sortie, rien de plus légitime pour un 1er-Mai, qui plus est avec une crise qui gangrène le bassin de Reims depuis plusieurs années maintenant. Sur ordre de la police, le cortège a été ralenti rue Cérès.

Et pour cause, une poignée de manifestants « patriotes » venaient de prendre leurs quartiers au pied de la statue de Louis XV, place Royale. La confrontation était inévitable, des fonctionnaires de police se tenaient prêts à intervenir.

Il n'aura fallu que quelques secondes pour que les insultes ne pleuvent de part et d'autre. Les policiers se sont alors interposés entre les manifestants patriotes, menés par Thierry Maillard, et des dizaines de militants de la CGT, de la FSU ou encore du NPA.

Menaces de mort

Jean-Pierre Langlet, leader local de la CGT, a même piétiné un tract que voulait lui remettre un des membres de « Reims fait front ». Et c'est à quelques mètres de là qu'un incident plus grave va éclater.

Qui a commencé, personne ne pourrait le dire. Mais ce qui est sûr, c'est qu'une personne qui défilait et une autre du petit collectif patriote en sont venues aux mains.

La hampe d'un drapeau s'est convertie en arme. Plus de peur que de mal puisque les fonctionnaires de police sur place ont rapidement séparé les deux belligérants.

Cependant, les insultes sont allées de plus belle. Les slogans aussi. D'un côté, on pouvait entendre « Reims, aux Rémois ». Et du côté des militants syndicaux, ce sont les paroles de l'Internationale qui ont résonné. La confrontation aura duré près d'une demi-heure avant que les deux camps ne se séparent et qu'on n'entende Thierry Maillard vouloir déposer plainte pour « menaces de mort réitérées ».

Quant à Jean-Pierre Langlet, Cédric Lattuada (FDG) ou Michel Guillaudeau (PCF), tous dénonçaient « une véritable provocation de la part d'une poignée d'excités dont le seul but était de faire oublier la raison première du défilé de ce 1er-Mai ».

Th.D.


Un 1er mai... En ordre dispersé par UnionArdennais

Pas très reluisant, l'ancrage local du FN

Pas très reluisant l'ancrage local du FN, d'après la presse régionale.

Violences racistes: ça continue! un Sénégalais agressé à Metz

 

vendredi 21 juin 2013 19:43:13

FAITS DIVERS Metz : un Sénégalais agressé par des skinheads

Trois hommes ont été mis en examen, mercredi, pour une bagarre au centre-ville de Metz, au cours de laquelle une victime a reçu un coup de couteau.

La brigade des violences urbaines de la Sûreté départementale a interpellé, cette semaine, trois hommes soupçonnés d’avoir participé à une rixe sanglante au centre-ville de Metz. C’était le 9 juin. Vers 5h30, un groupe de quatre individus quitte un bar de nuit. Place Jean-Paul-II, ils croisent leur future victime. Après les insultes, les coups. Dans la bagarre, elle reçoit un coup de couteau dans le dos. Cet homme d’une trentaine d’années gît au sol lorsqu’il est secouru. Ses jours ne sont pas en danger, mais « il l’a échappé belle », selon des sources médicales. Ses blessures lui valent dix jours d’ITT. Les enquêteurs travaillent à partir d’un téléphone portable retrouvé sur les lieux. Son possesseur et deux complices sont identifiés. Arrêtés mardi, ils auraient reconnu la bagarre mais imputent le coup de couteau à la quatrième personne du groupe. Elle n’a pas encore été retrouvée. Déféré mercredi soir, le trio a été mis en examen pour violences aggravées. Le parquet de Metz vise notamment des violences à caractères raciales. Les assaillants font partie ou sont proches des Hammerskins , un groupe d’extrême droite à l’idéologie néonazie. La victime, elle, est d’origine sénégalaise. « Ce mobile est envisagé mais n’est pas encore prouvé », tempère Hadrien Baron, vice-procureur au parquet de Metz. « La victime ne parle pas d’insultes racistes », ajoute Me Olivier Rondu, avocat d’un des auteurs présumés. En fuite, le chaînon manquant pourrait s’être réfugié à l’étranger, au sein d’un autre groupe des Hammerskins. En attendant la fin des investigations, les trois mis en examen, originaires de Metz et Toul, ont été laissés libres, sous contrôle judiciaire.

K. G.

Un jeune militant antifasciste assassiné par des skinheads

Clément Méric, un jeune de 18 ans qui avait toute la vie devant lui est mort après une altercation entre 4 jeunes militants antifascistes et un groupe de skinheads d’extrême droite qui arboraient des tatouages et des sweat-shirts avec des croix gammées.

Celui qui a avoué avoir porté le coup mortel est à peine plus âgé, 19 ans.

Assassiné en plein Paris à 18 h. L’émotion est grande et légitime. La condamnation est générale.

Le principal suspect du meurtre a été interpellé avec 3 autres personnes.

Dissoudre ces groupements :

Le gouvernement annonce qu’il va entreprendre une procédure de dissolution. Une loi de 1936 – article L212-1 du code de Sécurité intérieur, le permet. Depuis 1936, 57 décrets ont visé 90 groupes. Mais ces groupes se reforment sous d’autres appellations. Ce n’est donc pas suffisant, il faut aller beaucoup plus loin.

Comment stopper cette haine, cette violence gratuite ?

On devrait s’interroger. Ce drame n’arrive pas dans un climat serein. Au contraire,  en France la violence est quotidienne et partout :

-Violence contre les salariés jetés au chômage  par des entreprises multinationales qui réalisent des milliards de profits et pour cela ferment des usines, suppriment des milliers d’emplois.

-Violence contre les militants syndicaux condamnés par la justice française avec l’aval du gouvernement, arrêtés comme les 5 de Roanne parce qu’ils défendent les droits des salariés.

-Violence contre des centaines de milliers de jeunes dont l’avenir est sacrifié, à qui l’on n’offre comme perspective que le chômage ou des petits boulots mal payés.

-Violence de l’exploitation qui jette dans la misère des millions de gens en France, des milliards d’êtres humains dans le monde.

-Violence des guerres dans le monde perpétrées pour imposer la domination capitaliste, dont les peuples sont les victimes.

Pour stopper cet engrenage, il faut lutter contre la violence de cette société qui se nomme l’exploitation et contre ceux qui la pratiquent, les capitalistes. Ce n’est que comme cela qu’on pourra construire une société de justice,  de paix et de tolérance où  chacun trouvera sa place.

10 juin 2013 - Communistes Hebdo N°303  - Semaine du 10 au 16 juin 2013

Portrait de Bachibouzouk

Clément Méric est mort, il est temps de se réveiller (Charb)

Première de couverture de Charlie Hebdo n° 1095

par Charb

En 1995, Charlie Hebdo réclamait la dissolution du FN en lançant une pétition. Plus de 173000 signatures et une grosse polémique: est-ce le meilleur moyen de lutter contre les idées du FN que de réclamer son interdiction? A l’époque, Jean-Luc Mélenchon qui était encore au PS s’était associé à nous contre l’avis du PS. Aujourd’hui, les éditorialistes, les politiques débattent pour savoir s’il est bien utile de dissoudre des groupes fascisants… Des groupes dans lesquels l’extrême droite devenue institutionnelle continue de piocher ses cadres. Jusqu’à quand fera-t-on la différence entre les gentils fascistes encravatés qu’on invite dans toutes les émissions de télé et qu’on présente comme des acteurs essentiels de la démocratie et les méchants fascistes qui mettent en pratique dans la rue les idées des premiers?

Oui, les groupes dissous se reconstituent. Mais dissoudre un groupe fasciste n’a pas pour but de faire disparaître les fascistes qui en font partie. Il ne faut pas rêver. La dissolution consiste à envoyer un signal à la société: l’expression d’idées fascistes est dangereux pour la démocratie. Les débats sur l’identité nationale lancés par le gouvernement Sarkozy, les manifs pour tous légitimées par les élus UMP ont contribué à banaliser le racisme et l’homophobie. Dès lors que les idées fascistes sont popularisées par les élites, il ne faut pas s’étonner que les fascistes sortent dans la rue pour affirmer leur volonté d’écraser la gueule aux démocrates. Ils pérorent de nouveau. Dissoudre leurs groupuscules ne dissoudra pas leurs idées, ça c’est un autre travail, un travail de fond qu’il faut faire aussi et que nous faisons. Mais qu’on ne nous dise pas qu’il y a des bons et des mauvais moyens de lutter contre le fascisme. Pendant qu’on cause pour savoir comment on lutte, on ne lutte pas. Pendant qu’on se gratte le cul, des fascistes rassérénés par le climat ambiant circulent dans la rue. Ils cassent, ils tuent. En 1996, certains de ceux qui étaient contre la dissolution du FN nous disaient: "laissez le FN faire les preuves de son incompétence, démontrons que ces idées sont mortifères, il se dégonflera tout seul". Succès total: Les scores du FN ne cessent de grimper. Tiens, allons plus loin dans la tolérance béate, laissons les clés du pays aux skinheads, ils feront la démonstration de leur incompétence et… Et? On ne sera plus là pour les virer.

Charb

Texte de la pétition de Charlie demandant la dissolution du FN

Monsieur le Président de la République,
Monsieur le Ministre de l'Intérieur,

Le Front National est en contradiction flagrante avec au moins cinq articles de la "Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen", qui constitue le préambule de la Constitution dont s'est doté le peuple français.

Article 1 : "Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. [...]"

Le concept de "préférence nationale", qui est une volonté d'établissement d'un apartheid, est en totale contradiction avec la première phrase de notre Constitution.

Article 2 : "Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression."

En ce qui concerne les immigrés, les buts avoués du Front National sont parfaitement opposés. Ce n'est donc pas un parti politique tel que le définit la Constitution, mais une ligue dont le but est la destruction de la République.

Article 4 : "La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas a autrui. [...]"

Les immigrés, et les français d'origine étrangère, par la propagande raciste du Front national, voient leurs conditions de vie gravement détériorées. Le Front national ne le niera pas, puisque c'est cette capacité de nuire qui lui sert d'arguments pour solliciter les suffrages de ses électeurs.

Article 6 : "[...] Tous les citoyens, étant égaux aux yeux de la loi, sont également admissibles à toutes les dignités, places, et emplois publics, selon leurs capacités, sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents."

Or les "beurs", souvent mentionnés par les dignitaires du F.N. (voir par exemple la déclaration à la télé de Marie-France Stirbois au soir du second tour des municipales), sont des citoyens français. Une fois de plus, le concept discriminatoire de "préférence nationale" est en totale contradiction avec nos principes constitutionnels.

Article 7 : "[...] Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis. [...]"

Qu'y a-t-il d'autre dans le programme du F.N. que la sollicitation et l'exécution d'ordres arbitraires ? Soit on considère que le racisme est fondé sur l'observation d'une réelle inégalité entre les races, et on s'en accommode, soit on considère qu'il est une opinion arbitraire dont procèdent des ordres arbitraires, et on le combat.

NOUS VOUS DEMANDONS DE DISSOUDRE LE FRONT NATIONAL, CETTE LIGUE DONT LE BUT POLITIQUE EST DE FAIRE DISPARAITRE LA REPUBLIQUE.