Pourquoi s'opposer au Front national?

Soumis par admin le mer, 2011-06-22 18:50

 INTERET-GENERAL.INFO  Berlin, Porte de Brandebourg, avril 1945

Le FN monte vers le pouvoir. Aucun des médias «officiels» ne semble vouloir lui faire barrage ni même faire connaître au public la réalité profonde de ce parti et de son idéologie, inchangée en dépit des apparences républicaines que tente de lui donner Le Pen (nous laissons tomber le (faux) prénom de Marion, pour des raisons évidentes dont la première est que le père est officiellement rangé des voitures).

Face à cette incurie des médias (voire à leur complaisance, condamnable eût-elle pour seule finalité d'accroître la visibilité d'un parti repoussoir pour en favoriser d'autres – manipulation qui nous valut sous Mitterrand l'entrée du FN à l’Assemblée nationale), il revient au net de combattre la bête immonde.

Nous ouvrons ce forum à toutes les discussions, analyses, informations et protestations susceptibles de contribuer à ce combat.

Et pour tirer les premiers nous vous invitons à lire cet article publié sur Politproductions.

Sur le même sujet, consulter sur ce site :
 
Sur un sujet connexe :

 

Commentaire(s)

Polit'producteur (non vérifié)

ven, 2012-08-03 18:16

 

Article extrait du Journal Mensuel de Communistes,  MAI  2012 - N°  100
 

M. Le Pen veut donner du travail, augmenter les salaires, rendre au peuple sa dignité perdue etc…etc… Tout cela en refusant de s’en prendre aux capitalistes qui défendent farouchement les centaines de milliards qu’ils ont accumulés. Pour M. Le Pen et  (avant elle son père), les responsables de la situation ne sont pas ceux là.

C’est pourquoi le FN soutien et a toujours soutenu les puissances d’argent comme celles du CAC40, tout en ayant l’air de les combattre.

Ce parti a siégé au Parlement de 1986 à 1988. En trois ans il n’a pas perdu de temps.

 

Comment a-t-il voté ?

*contre l’institution d’une cotisation sociale au taux de 12,6% sur les revenus du capital

*contre tout prélèvement sur les revenus du capital pour la Sécurité Sociale

*contre le rétablissement de l’impôt sur les grandes fortunes

*contre la fixation à 50% du taux de l’impôt sur le bénéfice des sociétés

*contre la suppression du forfait hospitalier

*pour les privatisations…

 La position du FN n’a pas varié depuis plus de 20 ans.

 *En 2009 il proposait comme solution à la crise… de « conserver le modèle du capitalisme », d’utiliser « de manière équilibrée, le capital humain et le capital financier »

*En 2010, en pleine action pour la défense des retraites, le FN préconisait : la liberté de choix du départ à la retraite (en clair plus de date limite) – la constitution d’une épargne retraite personnelle par capitalisation (une étape marquante vers la disparition du système collectif de retraite actuel).

 

Et naturellement, pas un seul mot sur la nécessité de faire payer les employeurs !

Il ne s’agit là que d’un bref aperçu mais combien éloquent de ce qu’est le FN : un parti au service du capitalisme.

Comment l'esprit se nazifiait subrepticement sous Sarkopen, sans que la gauche ne s'en émeuve, et selon Paul Cotterill, l'auteur du billet, la contamination sévirait également abroad : http://thoughcowardsflinch.com/2012/08/13/if-youre-going-to-be-a-nazi-s…

Cela dit, c'est quand même bien le travail qui nous sauvera de cette répétition : cf. http://politproductions.com/node/1184, et Tripalium sait de quoi il parle...

Le nazisme est la forme absolue et absolument mortelle (i.e. aussi bien suicidaire) de l'exploitation du travail, forme dans laquelle ne pas allonger la durée du temps de travail au-delà du supportable et/ou de ne pas abaisser le salaire au-dessous du seuil de subsistance ne sont plus de règle. Le capital sous le troisième Reich est purement producteur, il s'est détourné de la spéculation financière où les luttes sociales l'avaient acculé dans sa compétitivité (comme c'est le cas aujourd'hui) par le biais de l'élévation de sa composition organique; pourquoi il faut s'attendre à semblable destin: la guerre est la continuation de l'économie capitaliste (lutte de classes en vue de l'asservissement des travailleurs) par d'autres moyens... Pour produire infiniment, le capital en arrive tôt ou tard à détruire et la marchandise et l'homme (cf. Bataille, etc.) et finalement tout. Pur travail de la puissance de mort.

Sur la cabine téléphonique : "Ministère de la Protection des citoyens"

Sur la cabine téléphonique : "Ministère de la Protection des citoyens" (Dessin de Yannis Iannou)

Alors que Londres accueille les Jeux paralympiques, à Athènes le parti d'extrême-droite Aube Dorée se répand en incitations à la haine contre les personnes handicapées et les homosexuels, après s'en être pris aux immigrés et aux minorités ethniques. Le gouvernement grec et l'Union européenne ferment les yeux sur ce phénomène qui n'est pas sans rappeler la montée du nazisme en Allemagne. Lire sur Presseurop la suite de cet article de Laurie Penny (The Independent - traduction Caroline Penny).

Quand on vous dit que ça recommence et dans l'indifférence voire dans la complicité générale! Et ce ne sont pas nos intellectuels qui se distinguent contre cet état des choses. Occupés comme toujours à leurs cloaques et spéculations, songeant à des temps immémoriaux, ils ne voient en lui que nécessité sempiternelle ou destin historial. Qu'ils quittent donc leurs tours d'ivoire et s'engagent dans la lutte effective! la libration de l'origine est là qui les attend pour un répons philo-politique à la hauteur de l'avénement de la catastrophe du capitalisme.

«Il est temps pour l'Europe de se souvenir que le prix du fascisme est autrement plus élevé et plus cruel que n'importe quelle dette publique.»

De même que Marion Le Pen soutient contre tous les faits que le Front national, fondé entre autres par des collabos, n'est pas un parti d'extrême droite, de même elle prétend aujourd'hui être l'unique défenderesse de la laïcité, et elle se prononce pour l'interdiction du voile et de la kippa même dans la rue.

Rappelons cependant que le FN est un parti lié aux intégristes, que ses militants s'associent souvent aux manifestations des catholiques ultras contre la liberté des mœurs, que ses élus n'hésitent pas à la contrecarrer, qu'il a soutenu la Fraternité Saint Pie X de Mgr Lefebvre, excommuniée comme le fut l'Action française (lire ce papier intégriste) dont le FN est issu via Tixier-Vignancour (Jean-Marie Le Pen fut le directeur de campagne de Tixier aux présidentielles de 1965), que c'est au prieuré Saint-Joseph de Nice, appartenant à cette congrégation, que la police a arrêté Paul Touvier après qu'il a pu longtemps la fuir grâce à une chaîne d'aides traditionalistes ou intégristes. Rappelons encore que Roger Holeindre, cofondateur du FN et vice-président de ce parti jusqu'à sa récente rupture avec Marion, est lié aux lefevbristes par les Cadets du CNC. Lire Les fascistes de la Fraternité Saint Pie X.

De plus en plus inquiétant est le discours de Marion Le Pen en cela qu'il est dénégateur et dissimulé sous l'incantation de valeurs de la République et de la gauche, comme celui de Hitler au cours de sa montée vers le pouvoir...

La défense de la laïcité n'interdit nullement le port de tenues ou de signes religieux, ni la loi en général s'ils ne portent pas atteinte à l'intégrité morale et physique de la personne ou à l'ordre public. La laïcité préserve l'espace public de l'État de tout prosélytisme religieux et assure par sa neutralité le libre choix et le libre exercice de toutes les fois, sans exclure l'athéisme.

En vérité, le «laïcisme» est pour le FN une arme de guerre déguisée dont il se sert contre les musulmans et les juifs, et il est aussi, en l'occurrence, un moyen de damer le pion à la gauche socialiste.

En revanche, la conception frontiste de la politique est, elle, un véritable intégrisme, étranger à la République : le totalitarisme.

Polit'producteur (non vérifié)

dim, 2012-10-28 21:24

« La violence de l’extrême droite vient de franchir un seuil incompatible avec la République. Les groupes coupables doivent être dissous !»

Jean-Luc Mélenchon, Député Européen

L’indigne occupation du chantier d’une mosquée [cf. Rue89 - Note de Politproductions] et les incitations à la haine religieuse qui l’ont accompagnée marquent un franchissement de seuil dans la violence politique de l’extrême droite en France. Dorénavant, en plus de l’antisémitisme rampant ou ouvert qui l’a toujours infectée, elle milite ouvertement pour la haine des musulmans. Adepte du « choc des civilisations » elle voudrait diviser les français selon leurs religions. Madame Le Pen qui voulait interdire les kippas et les foulards dans la rue a été entendue. Dans la même veine ses émules sont passés aux actes contre des bâtiments. Comment de telles organisations peuvent-elles être autorisées après une telle action ? Le ministre de l’intérieur devra appliquer une ferme répression. Les groupes impliqués doivent être dissous. Une enquête doit être menée sur les éventuelles complicités qui ont rendu possible cette occupation organisée de longue main. Il devra méditer sur l’erreur qu’est la surévaluation de sa part du fait religieux, encore exprimée à l’occasion de son apologie du Concordat, contribution directe à cette vision obsessionnelle des groupes d’extrême droite !  

Polit'producteur (non vérifié)

dim, 2012-11-18 01:08

La démagogie revendiquée ou comment le FN « empile les voix » :

http://www.youtube.com/watch?v=atuS3fMJs2U&feature=watch_response

Le ménage marionnettiste par la dénégation :

http://www.youtube.com/watch?v=maadlLwrJ9I&feature=related

Les fréquentations néo-nazies :

http://www.youtube.com/watch?v=Q7OWum4wvKE&feature=related

Et encore un nazillon candidat du FN :

http://www.youtube.com/watch?v=dXijp0GN7Mk

Un parti crypto-fasciste selon BHL :

http://www.youtube.com/watch?v=JrYs2VaKftE&feature=related

Le Bal des nazis :

http://www.youtube.com/watch?v=Sqn-QGH0IJQ

Et la dénégation encore et toujours :

http://www.youtube.com/watch?v=oKUqX_PCofE

Etc.

        Première de couvertrure du n° 1066 de Charlie Hebdo

La droite issue du gaullisme agonise entre luttes intestines et affaires politico-financières. Il est probable que ses troupes rejoignent pour partie le FN et pour partie le centre, dont Hollande devrait de son côté se rapprocher pour tenir jusqu'en 2017, à proportion de sa droitisation et à mesure que les forces les plus à gauche qui l'ont porté au pouvoir le lâcheront en conséquence. Au final, à droite, le grand vainqueur de la décomposition des principaux courants politiques des cinquante dernières années à laquelle nous assistons, devrait être Le FN.

Couverture (extrait) de Charlie Hebdo n° 1067

Selon un sondage TNS Sofres-Sopra Group (pour Le Figaro Magazine) Jean-François Copé et François Fillon perdent chacun 6 points de popularité auprès des Français, tandis que les sympathisants de l'UMP en retirent 17 au premier et 10 au second. Bravo Messieurs!

Quant à Hollande, il remporte un triomphe d'impopularité sous la Ve!

@ Sarkover

Le besoin d'un soutien de Hollande par les centristes, tandis qu'il est lâché par la gauche de la gauche, est devenu patent ce soir :

«Le Sénat français a rejeté ce soir le projet de loi de finances pour 2013, le premier projet de budget du quinquennat de François Hollande.

Le Sénat a rejeté la première partie - celle des recettes - du texte, ce qui entraîne le rejet de l'ensemble du projet de loi de finances pour 2013. Au total, 165 sénateurs se sont prononcés contre et 156 pour. Les sénateurs du Front de gauche se sont abstenus, or la gauche dispose d'une très courte majorité à la haute assemblée.

La partie recettes avait été votée en commission des Finances du Sénat grâce à l'abstention des centristes.» (Source : Le Figaro.fr)

Le combats des chefs qui déchire l’UMP ne profite pas au Front national. C'est du moins ce que révèlent localement les élections législatives partielles dans l'Hérault et les Hauts-de-Seine. Le FN est éliminé et le PS fait grise mine car il arrive au 1er tour largement derrière l'UMP dans ces circonscriptions où il l'avait l'emporté de justesse en juin dernier. Cela dit, le taux d'absention a été très élevé...

Polit'producteur (non vérifié)

mar, 2012-12-11 21:47

En réponse à par Polit'producteur (non vérifié)

On nous prend pour des imbéciles !!!

Les résultats des partielles ne font pas apparaître une progression de l'UMP ou de l'Extrême droite.

Tout comme pour les votes en faveur du PS, tous les partis ont perdu du terrain en nombre de voix. Les pourcentages ne veulent rien dire.

Quand Devdjian se vante d'avoir progressé de 10 points, il devrait regarder son recul en nombre de voix. Idem pour tous les autres.

Ce n'est un vote de sanction, ni pour la gauche, ni pour la droite, vu la démobilisation générale, du peuple. Qu'importe le résultat des sortants.

Qu'on se le dise..... et soyons honnête là aussi.

H.J.F. MOREL

Cet email a été envoyé à admin@politproductions.com
IMMOTY & PARTNERS
H.j.f. Morel
Cercle d'Etudes
"Législatives Partielles: tout le monde chute en nombre de voix"
758 AV. du LUBERON
04100 MANOSQUE

C'est ainsi. Quand quelqu'un parle des hommes comme de choses, il évoque immanquablement dans mon esprit le discours des nazis qui, pour des raisons de secret (cf. la conférence de Wannsee du 20 janvier 42) autant que par mépris raciste et antisémite, appelaient les déportés «marchandise», «chargement», «morceau» ou «pièce» (Stück), «unité», bref les réduisaient à des sous-hommes assimilables à des choses productibles ou destructibles.

Ce matin semblable ressouvenir m'est venu quand sur Inter, invitée du 7-9 de Patrick Cohen, M. Le Pen a déclaré lors de l'Interactiv' que si Patrick Buisson avait des idées solides, il travaillait à l'UMP «avec du matériel humain faible»; écouter Marine Le Pen:

Écouter la totalité de l'émission d'Interactiv'

@ Batisse

Même association d'idées pour ma part. D'autant plus prégnante que dans l'enregistement complet de l'Interactiv', à 17'58'', Marine Le Pen, quand Patrick Cohen lui demande de s'expliquer sur ce mot ("Patrick Buisson travaille à l'UMP avec du matériel humain faible"), enchaîne directement sur la mollesse de Jean-François Copé et la malléabilité de ceux qui le suivent...

Polit'producteur (non vérifié)

lun, 2013-01-21 01:10

Alors que se prépare l'anniversaire du couple franco-allemand, les collaborationnistes fondateurs du Front national, qui devrait se joindre à l'extrême droite allemande pour fêter l'événement, ont sans doute la nostalgie de la poignée de mains de Montoire :

 

 

 

Publié le 22 février

Après les événements du Vieux Lyon mercredi soir, c’est un bar du 7e qui a été attaqué par des fascistes jeudi soir. D’autres bars, dans les pentes de la Croix Rousse ou à la Guillotière avait déjà été pris pour cible ces derniers mois. Le tout ayant lieu dans le déni le plus total de la part des pouvoirs publics comme de la police, mais qui s’en étonne encore à Lyon ?

Lire la suite

La cote de Hollande baisse rapidement. Dix mois après son élection qu'en est-il de la formule racoleuse : «le changement c'est maintenant» ? C'est vrai, des choses changent et même rapidement mais pas dans le sens qu'il avait promis.

La situation du peuple s'est déjà aggravée à un point tel que les maîtres de l'industrie et de la finance, les patrons du CAC 40 etc. envisagent déjà, pour le cas où... un nouveau changement de l'équipe dirigeante actuelle. Changer de « gérant loyal » pour que rien ne change, les capitalistes connaissent la formule et se préparent à la pratiquer une fois de plus si nécessaire. Le répit que les grands groupes capitalistes avaient escompté avec l'élection d'un Président socialiste risque fort d'être plus court qu'ils l'avaient prévu. D'où leurs manœuvres multiples pour hisser progressivement une nouvelle équipe de « gérants loyaux » qui remplacerait le moment venu l'équipe socialiste et consorts actuellement en place.

Changer pour que rien ne change, ils connaissent la formule et sont prêts à la pratiquer une fois de plus. Après l'UMP et le PS reste le FN qui est lui aussi à la solde du capitalisme. À partir de là, il remplit toutes les conditions pour bénéficier du soutien total de l'industrie et de la finance. D'où les manœuvres actuelles multiples de la force du capital pour hisser progressivement sur le devant de la scène politique le FN, cette autre équipe de « gérants loyaux » qui remplacerait l'équipe socialiste actuelle s'il s'avérait indispensable de le faire. C'est tout le sens des opérations, privées et officielles qui sont entreprises pour assurer la promotion de Marine Le Pen.

Jeudi 21 février, celle-ci a bénéficié de 2 heures 30 sur France 2, où les personnalités qui l'interrogeaient ont évité l'unique question décisive. Pendant plus de 2 heures, il ne fut pas question une seule fois du capitalisme qui règne sur le pays et de sa politique. Ce silence complice lui a permis de défendre, sans être contredite une seule fois « la liberté des entrepreneurs », de se prononcer contre le projet (vite abandonné par Hollande) des 75% d'impôt sur les grandes fortunes, de fustiger les dépenses des communes bien trop élevées, de réclamer l'augmentation du budget de l'armée, etc.

Le capitalisme soigneusement mis de côté, la voie était libre pour Marine Le Pen qui a montré du doigt les seuls responsables (d’après elle) de la situation économique et sociale : les fraudeurs. Qui sont-ils ces « fraudeurs » ? Surtout pas les capitalistes. Ce sont eux pourtant qui chaque année détournent à leur profit plus de 550 milliards d'euros sur plus de 1.000 milliards de richesses produites par les salariés. De ces fraudeurs là il ne fut pas question une seule fois ! D'après Marine Le Pen les seuls « fraudeurs » qui mettent l'économie en danger, ce sont les assurés sociaux qui creusent le déficit de la sécurité sociale, ce sont surtout les immigrés, clandestins ou non, qui creusent « un trou financier béant ». Mais qui fait venir en France les immigrés, clandestins ou non et qui les exploite honteusement ? Ce même patronat dont elle défend si vigoureusement les intérêts.

« Union des patriotes », « rassemblement », répète Marine Le Pen à tout bout de champ. Pour faire quoi, contre qui ? Son « rassemblement » c'est derrière le grand capital qu'elle le veut, c'est contre le peuple. Donc la situation continuera de s'aggraver.

Pour empêcher ça :

La lutte anticapitaliste de plus en plus large et de plus en plus forte doit grandir. C'est urgent au regard des enjeux considérables auxquels la classe ouvrière, tous les salariés et le peuple sont confrontés. Communistes appelle à l'union, au rassemblement dans les entreprises et dans tout le pays pour la lutte anticapitaliste, contre l'exploitation.

Article paru le 27 février 2013 dans Communistes Hebdo N°288

Mediapart révèle que Le Pen, le soi-disant Monsieur Propre de la politique, s'était fait ouvrir en 1981 un compte suisse à la banque UBS par Jean-Pierre Mouchard, le père de Laurent Joffrin et ami du fondateur du FN, ayant entre autres collecté des fonds pour financer ce parti et utilisé diverses sociétés offshore, notamment panaméennes.

Les Le Pen, père et fille, justifient l'ouverture de ce compte en invoquant un emprunt contracté auprès de l'UBS pour financer les activités de la Serp (la "Société d'études et de relations publiques", spécialisée dans l'édition de disques, fondée par le père en 1963), évoquant le probable motif de conditions plus favorables en Suisse qu'en France où Le Pen était diabolisé, et en arguant de la légalité et de la publicité de ce compte, qui aurait été clôturé après le remboursement du prêt.

Mais ces explications ne semblent pas coller avec les informations collectées par Mediapart qui affirme que d'importantes sommes ont été déposées sur le compte suisse de Le Pen au début des années 80 à des fins de placements boursiers coutermistes.

Ces fonds auraient pu provenir de l'héritage de Lambert qui, en dépit de l'arrêt des poursuites entreprises contre Le Pen, son légataire universel in extremis, suite à un accord à l'amiable entre ce dernier et le cousin du légateur, est toujours demeuré douteux.

TF1, 12 octobre 1976, 20H. Roger Gicquel et Robert Pietri présentent les prémices de l'affaire Lambert-Le Pen (interviewé par Robert Werner)

Voilà en tous cas une nouvelle qui, jointe à celle de l'ouverture en 1992 d'un compte à l'UBS (transféré à Singapour en 2009) au profit de Cahuzac par Philippe Péninque, ancien membre du mouvement étudiant d'extrême droite Gud ("Groupe union défense") et ami de la présidente du FN, devrait en bonne logique nous épargner désormais le discours du père ou de la fille sur la corruption d'une classe politique vendue, corrompue, complice de l'oligarchie financière, et leur revendication de l'exclusivité d'une prétendue pureté éthique. En bonne logique, mais l'on sait combien lui est étrangère la rhétorique sophistique du FN...

Lire Le Pen, son compte suisse et son trésorier

La mise en veilleuse de la rhétorique de sainte Nitouche des Le Pen a déjà commencé, puisque que c'est dans un demi-silence qu'ils ont réagi à l'affaire Cahuzac. Et c'est en effet une excellente nouvelle que de voir les Le Pen gênés aux entournures sur ce terrain! Ils réagissent comme tous ceux qui ont commencé par le déni et fini la queue entre les jambes. Excellent, vraiment excellent! On en serait tenté de rejoindre Hegel dans sa justification du mal en tant que ruse de la raison ou instrument de la réalisation du Bien dans l'Histoire.

Politique - le 12 Avril 2013

Patrimoine

Dynastie Le Pen : chez eux, la seule chose à gauche, c’est l’argent

ENQUÊTE. L’affaire du compte en Suisse que Jean-Marie Le Pen a détenu révèle la relation à l’argent de la famille du président d’honneur du Front national, qu’il dirige depuis quarante ans. Entre politique et enrichissement personnel, nous sommes loin des préoccupations sociales affichées 
par sa fille Marine.

Lire la suite

From midilibre.fr - May 19, 3:26 PM

Damien (1) a été, pendant quatre ans, membre d'une petite organisation politique d'extrême-droite proche du Bloc Identitaire. Originaire d'un petit village dans l'Aude, il a côtoyé pendant une dizaine d'années un groupe de militants de la région dont le but était de « réveiller les consciences nationales » comme il le dit, en agissant principalement sur internet. Rangé des voitures, il a souhaité témoigner de cette période de sa vie et de ses dérives.

Lire la suite sur www.midilibre.fr

Dominique Venner, essayiste et historien d'extrême droite âgé de 78 ans, ancien membre de l'Organisation armée secrète (OAS), s'est suicidé mardi 21 mai dans la cathédrale de Notre-Dame de Paris. L'homme s'est rendu derrière l'autel, sans un mot, puis s'est tiré une balle dans la bouche peu après 16 heures.

À l'annonce de ce suicide, Marine Le Pen a déclaré sur son compte twitter:

@MLP_officiel

Tout notre respect à Dominique Venner dont le dernier geste, éminemment politique, aura été de tenter de réveiller le peuple de France. MLP
Ce message non seulement est morbide, mais il confirme le caractère irrationnel et intrinsèquement violent du Front national, version fifille ou façon paternelle.

Rappelons à Marine Le Pen que le respect, dans notre République laïque, rationnelle et raisonnable, est dû à l'humanité en ma personne comme en celle d'autrui.

Ce message est un appel à un jihâd franchouillard. On comprend que l'inquiétude des Français croisse à proportion de la montée du Front National vers le pouvoir...

 

Mais c'est de la morale kantienne... Arendt a dit dans Eichmann à Jérusalem que Eichmann s'était déclaré kantien lors de son procès. Hegel avait soutenu avant elle que l'impératif catégorique était formel et vide, vain, sans la condition d'une détermination matérielle juridique... Du reste, selon Kant, il faudrait également condamner Nathalie Filippi...

Il ne s'agit pas de condamner quelque suicidé que ce soit, pour qui on ne peut qu'éprouver de la compassion, ni de louer l'un(e) comme le héros d'un combat légitime et dénoncer l'autre comme un destructeur d'humanité. Il s'agit de voir que Marine Le Pen érige un geste désespéré en principe politique... On ne peut rien construire sur cela. On comprend du reste, à partir de là, que le père Le Pen ait pu être favorable à la torture en Algérie... Et la fille? Dans une situation d'urgence publique, allez donc savoir ce qu'elle ferait, étant donné ce qu'elle écrit là! Marine Le Pen ressemble en effet étrangement aux djihadistes qu'elle vitupère.

Tout à fait d'accord. "Réveiller la France" à coups de suicides, propos irresponsable ou en effet très inquiétant. À quand des attentats-suicides? D'ailleurs, MLP revient l'air de rien sur sa gaffe ou bien elle souffle le chaud et le froid (selon les méthodes du père):

17 h

Il n'en demeure pas moins que c'est dans la vie et l'espérance que la France se redressera et se sauvera. MLP

Et voilà une nouvelle polémique pour faire parler de soi!

"Tout notre respect à Dominique Venner dont le dernier geste, éminemment politique, etc.", a twitté MLP.

"Eminent", ce qui est supérieur, domine. Le suicide de Venner serait donc un geste politique supérieur, un geste qui serait au plus haut point politique! Bravo.

Marine Le Pen est une femme dangereuse ou qui n'a plus tout son sens. Ce suicide est déjà un acte "portant atteinte" aux personnes, il en a "terrorisé" des centaines dans la cathédrale.

Alors, bien sûr, il y faut encore les guillemets, mais on peut en effet craindre qu'encouragé par de telles déclarations, et les propos de Boutin non moins délirants, quelque forcené du FHaine n'en vienne un jour à supprimer les guillemets...

«Il faudra certainement des gestes nouveaux, spectaculaires et symboliques pour ébranler les somnolences, secouer les consciences anesthésiées et réveiller la mémoire de nos origines. Nous entrons dans un temps où les paroles doivent être authentifiées par des actes.»

Déclaration de D. Venner sur son blog, le jour de son suicide, dans un texte ayant pour titre La manif du 26 mai et Heidegger. Encore un qui n'a rien compris à «l'être pour la mort» de Être et temps. Mais il est à présent trop tard pour qu'il le comprenne jamais.

Être résolu à mourir, possibilité suprême, toujours imminente et propre de l'homme, n'a rien à voir avec le pouvoir de se donner la mort. D'abord, parce que la mort n'est pas proprement le terme de la vie (le bateau sombre, l'animal périt, seul l'homme meurt), mais la tension de l'existence vers le sens du terme qui l'égale à rien. Ensuite, parce que nous ne pouvons nous donner la mort puisque nous sommes par essence mortels: sitôt né l'homme est assez vieux pour mourir. Abréger ses jours n'est pas se donner l'être mortel, et, bien loin de se montrer résolu face lui, c'est le fuir. La résolution est l'authentificaton de l'existence (la résolution, pas le suicide) ou l'existence responsable devant sa propre vérité. Elle est du même coup le savoir lâcher prise, sans insister dans la subsistance; elle est le renoncement à toute tentative de dépasser notre finitude, de maîtriser l'infini qui nous déborde, d'exercer notre emprise sur l'Autre et l'autre. Elle est l'accueil, en effet, de l'essence dans "l'ex-sistence", pour soi comme pour l'autre. La résolution laisse être autrui dans ses possibilités propres. Se réclamer de Heidegger pour refuser à autrui des droits qui ne limitent en rien les nôtres est le comble de la bêtise et de la haine de l'autre. Invoquer l'existence de l'être-là pour refuser l'évolution et l'ouverture de la civilisation au nom de la subsistance de l'origine est un radical contresens. Et enfin, faire du suicide spectaculaire l'authentification d'un combat pour cette subsistance est absurde et rapproche Venner des intégristes musulmans. D'ailleurs, il écrit encore dans le même texte:

«Je viens d’écouter un blogueur algérien : « De tout façon, disait-il, dans quinze ans les islamistes seront au pouvoir en France et il supprimeront cette loi ». Non pour nous faire plaisir, on s’en doute, mais parce qu’elle est contraire à la charia (loi islamique).

C’est bien le seul point commun, superficiellement, entre la tradition européenne (qui respecte la femme) et l’islam (qui ne la respecte pas).»

Jean Christophe Cambadélis et Harlem Désir ne s'y sont pas trompés. Tandis que, selon le premier, «Le message se veut un appel au sacrifice [...] qui va exciter un peu plus cette partie de la jeunesse qui se radicalise» (AFP), le second s'est déclaré (sur Canal+) choqué par le fait que Marine Le Pen a présenté le geste d'un «marginal d'extrême-droite» comme «une référence et ait semblé justifier cet acte». «C'est quand même inédit qu'une responsable politique considère qu'un suicide qui serait motivé par des raisons politiques pourrait être présenté comme exemplaire. C'est un drame individuel mais en aucun cas quelque chose qui devrait être un exemple».

«C'est de la morale kantienne»: et alors? Hannah Arendt a précisé que Eichmann n'avait rien compris à Kant dont il s'était réclamé et qui avait dû ce jour-là se retourner dans sa tombe. Quant à la critique hegelienne du formalisme kantien, elle est excessive comme le savoir absolu au nom duquel elle s'exerce. Même contresens chez Péguy avec ses «mains pécheresses» (Le kantisme a les mains pures, mais il n'a pas de mains). Il faut lire Kant pour comprendre son profond respect de l'humanité, même s'il reste vrai que, comme Jonas l'a repéré aussi, la grande question demeure de savoir a priori où commence et où s'arrête la possibilité d'un monde, d'un écosystème, d'un séjour commun sur cette terre.

Kant a donné trois formules de la loi morale. En voici les deux premières (rapidement explicitées ici, puis illustrées, entre autres exemples, par le suicide] :

«1/ Agis uniquement d'après la maxime qui fait que tu peux vouloir en même temps qu'elle devienne une loi universelle.

[…] Un homme, à la suite d'une série de maux qui ont fini par le réduire au désespoir, ressent du dégoût pour la vie, tout en restant assez maître de sa raison pour pouvoir se demander à lui-même si ce ne serait pas une violation du devoir envers soi que d'attenter à ses jours. Ce qu'il cherche alors, c'est si la maxime de son action peut bien devenir une loi universelle de la nature. Mais voici sa maxime : par amour de moi-même, je pose en principe d'abréger ma vie, si en la prolongeant j'ai plus de maux à en craindre que de satisfaction à en espérer. La question est donc seulement de savoir si ce principe de l'amour de soi peut devenir une loi universelle de la nature. Mais alors on voit bientôt qu'une nature dont ce serait la loi de détruire la vie même, juste par le sentiment dont la fonction spéciale est de pousser au développement de la vie, serait en contradiction avec elle-même, et ainsi ne subsisterait pas comme nature; que cette maxime ne peut donc en aucune façon occuper la place d'une loi universelle de la nature, et qu'elle est en conséquence contraire au principe suprême de tout devoir. […]

2/ Agis de telle sorte que tu traites l’humanité aussi bien dans la personne de tout autre toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen.

Restons-en aux exemples précédents :

En premier lieu, selon le concept du devoir nécessaire envers soi-même, celui qui médite le suicide se demandera si son action peut s’accorder avec l’idée de l’humanité comme fin en soi. Si, pour échapper à une situation pénible, il se détruit lui- même, il se sert d’une personne, uniquement comme d’un moyen destiné à maintenir une situation supportable jusqu’à la de la vie. Mais l’homme n’est pas une chose; il n’est pas par conséquent un objet qui puisse être traité simplement comme un moyen; mais il doit dans toutes ses actions être toujours considéré comme une fin en soi. Ainsi je ne puis disposer en rien de l’homme en ma personne, soit pour le mutiler, soit pour l’endommager, soit pour le tuer.

[…] Dire que dans tout usage des moyens en vue d’une fin je dois imposer à ma maxime cette condition limitative, qu’elle vaille universellement comme une loi pour tout sujet, revient précisément à ceci : que pour principe fondamental de toutes les maximes des actions il faut poser que le sujet des fins, c’est-à-dire l’être raisonnable même, ne doit jamais être traité simplement comme un moyen, mais comme une condition limitative suprême dans l’usage de tous les moyens, c’est-à-dire toujours en même temps comme une fin.»

Emmanuel Kant (1711-1804), Fondements de la métaphysique des mœurs (1785, éd. 1792), traduction Victor Delbos, Deuxième Section (extraits).